Mis en avant

Comment gérer la pandémie dûe au Covid-19

Comment exploiter le confinement
 en créant un article de blog
#restonscheznous.
C’est la tendance. C’est l’obligation. Couper court à la formule exponentielle du virus. Un minus virus à l’origine d’une guerre contre l’infiniment petit. C’est plutôt l’homme « invincible » contre une insignifiante petite protéine  Des états, et non des moindres, sont désarmés malgré leur système de santé irréprochable.
Voilà la résultat des manipulations chimiques de sorciers!
Quand la forêt Amazonienne, poumon de la planète subit une boule à zéro, quand les animaux se font rares.
L’homme va à sa perte consciemment, il se croit intouchable. Pourtant un invisible virus prends le dessus sur lui.
C’est la rapidité de multiplication et de transmission qui fait la force de cet ennemi.
Il était tranquille, en cohabitation avec une chauve-souris. En parfaite symbiose. Et voilà que la souris volante se fait rare, (ou le pangolin).
Il faut bien que ces micro-organismes vivent, survivent, trouvent un autre hôte!
Les êtres humains sont inhumains. La faune et la flore se déflorent en direct.
Nous sommes plus de sept milliards d’âmes.
Combien d’espèces animales ont disparues?
Combien d’arbres pourvoyeurs du vital oxygène finissent en pâtes à papier, meubles?
Il faut bien penser à notre confort! La pollution est-elle un mal nécessaire?
Les destructions massives des sources d’eau. La guerre contre l’espèce humaine.
Mais l’ennemi n’est pas un extraterrestre. Il est bien terrestre, il a aussi le droit de vivre.
Cette protéine aux apparences… sans apparences.
L’œil nu n’y voit que dalle. Il lui faut un microscope pour faire le  scoop.
La coupe est pleine et les pays se « disputent » un record macabre.
#restonscheznous,
 c’est la seule contre-attaque du commun des mortels. Pourquoi une  telle réaction? Pourquoi cette volte-face en apparence timorée? Quand l’ennemi est invisible, la seule riposte à notre portée est de s’isoler, afin de l’isoler et lui couper sa progression fulgurante.    
Que doit-on faire ? Quelle doit être la contre attaque quand la majorité de la population mondiale est contaminée ou risque de  l’être?
  • ·         Primo, s’assurer que le confinement est strictement respecté et que les contrevenants s’exposeront à de sévères sanctions
  • ·         Deusio, Etudier les caractéristiques du Génome du Covid-19.  afin de mieux le combattre.
  • ·         Tertio, et c’est, à mon avis, l’action la plus importante à faire, une fois cette pandémie passée: Remettre en cause la manière de traiter notre écosystème.
Il y va de  notre survie, notre avenir en tant qu’espèce humaine. Peut-être que certains lecteurs me trouverons trop alarmiste. Mais c’est mon impression au vu des comportements nihilistes de certains groupes d’individus, certains pays réputés développés.
Cette pandémie a obligé les grandes puissances de choisir entre la vie humaine et l’économie de chaque pays. Le confinement, pour certaines puissances, veut dire pertes économiques, chute du prix du baril de pétrole, récession économique.
#restonscheznous,
c’est la réponse du simple citoyen du monde, loin des calculs, statistiques, courbes et graphes des économistes et des grosses têtes.
#restonscheznous, 

une occasion pour s’intérioriser, méditer, prier, lire, écrire. Une chance pour les membres de la famille pour rester plus souvent ensemble, de mieux se  connaitre. Une sorte de thérapie familiale.

Pour finir, je vous propose un lien vers un article de blog d’Olivier Roland où il parle de

5 sujets de blog qui cartonnent pour en finir avec la page blanche

fashion man people sign
Photo de cottonbro sur Pexels.com

La fuite des cerveaux

Aéroport d’Alger : Lundi 02 décembre, 9h30, un temps couvert et lourd avec un mercure autour de 10° C.

 Une suite interminable de cerveaux gluants et vaporeux de tant de cogitations à la seconde faisait la chaine, leur dernière chaine enfin dans nos frontières. Ils ne trouvent pas ici l’atmosphère qui leur sied.

Un équilibre recherché entre ces deux organes

 Ils vont à contrecœur, tenter l’aventure outre-mer. En attendant de passer les formalités de douanes, ils sympathisent entre eux. Il y a des synapses qui se forment à chaque seconde.

 Mais comme les cerveaux se côtoient de très prés, il y a un miracle qui se produit devant nous, pauvres écervelés : des ponts sont crées entre ces remarquables cervelles. Ça commence par des éclairs d’électricité intelligente, ensuite de véritables passerelles voient le jour entre chaque bulbe. Des synapses inter cerveaux sont crées. Tout l’aéroport est le témoin privilégié du pas historique que vient de faire l’évolution de l’humanité. Les deux lobes de chaque bulbe se mettent à vibrer comme pour applaudir et exprimer leur joie d’avoir trouvé un autre génie, un frère de circonvolutions, un frère de connexion. Les connexions inter cerveaux se multiplient de proche en proche pour toucher ces candidats à l’émigration. Dans la salle d’enregistrement, la tension est à son comble : les douaniers ne trouvent rien à chercher, personne ne déclare rien à personne, ils sont hypnotisés par le phénomène qui se passe dans la salle de contrôle.
Soudain, plus de courant. Les terminaux, les néons sont aveugles. Les portes coulissantes bloquées, les portables muets et chose encore plus curieuse, toutes les personnes présentes dans l’aéroport sont figées. Elles sont conscientes mais paralysées.
Profitant de cette extraordinaire situation, le chapelet de cerveaux changea brusquement ses intentions migratoires et quitta l’aéroport pour une destination Inconnue. 

Une histoire à dormir debout, à ne pas croire, à oublier mais qui s’est effectivement passée. Une rencontre unique, l’accélération de l’histoire au présent et en direct.


Une fois nos bulbes des hautes sphères engloutis par la ville, l’aéroport et ses occupants reprennent leurs activités le plus normalement du monde. Une amnésie collective est passée par là.

Nos honorables bulbes ont crée leur association. Sans autorisation ni papiers officiels, ces belles créations savent maintenant. Nos cerveaux sont au courant, le courant passe entre eux, pour eux et on l’espère pour nous, éternels assistés. La télépathie est leur moyen de communication. Ils sont coincés entre rester connectés en bulbes ou bien se déconnecter physiquement mais rester télépathiquement en contact.

 Ce genre de relation a pour avantage la discrétion. Ils peuvent décider d’une conférence et la faire uniquement par télépathie. Je vous disais qu’ils savaient maintenant. Déjà que le cerveau humain n’a pas encore été égalé et encore moins dépassé par la machine. Imaginez une masse de top cerveaux reliés télépathiquement.

 Ça ne va pas égaler Dieu rassurez-vous ! 


Nous sommes connectés par la tête. Il nous manque une dimension que la tête ne peut donner. C’est l’union des cœurs qui cloche, qui manque. Combien l’homme est compliqué. Il est tiraillé par plusieurs côtés, plusieurs tendances, plusieurs besoins.

 L’homme est téléguidé par ses instincts, ses envies. Tout ce qu’il fait est dicté par ses passions, ses rêves. Un moi nu et fragile est né.

 Il est pur et voit tout en rose. Ses yeux ne voient que du beau, ses pensées naïves dans un monde merveilleux où il commence petit à petit à former une carapace, pour se défendre contre les adultes et leur monde froid et sans rêves. 


Nos honorables bulbes cogitent mais manquent de cœur, ils sont connectés télépathiquement, mais les cœurs non. C’est un tout l’homme, plein de tendances, d’attraits contradictoires, de liens, de jeux…
Comment allier la tête et le cœur ? L’esprit et l’âme ? 
Nos bulbes télépathiques sont-ils sympathiques ? n’ont-ils pas des tics pathétiques ?

Une machine ne lésine pas : elle exécute. Un cœur ne calcule pas : il aime.


Nos bulbes déambulant le long du boulevard de l’abîme, cherchant un bout de cœur à se mettre sous le toit de leur cerveau brillant et… froid.

Ils savent mais ne ressentent point. 


De brillants cerveaux connectés entre eux, cela donne à… avoir peur de ce qui pourrait sortir de ces multiples circonvolutions.

 Mais de grands cœurs connectés entre eux, cela donne quoi ? Une assemblée planétaire qui ne va plus se planter devant des sans-abris, des orphelins, des oubliés de la société.

 L’union des cœurs est en théorie, plus facile à créer mais là, maintenant, tout de suite, c’est le rythme de la vie, la pompe de l’oxygène qui gonfle la vague de la grande bleue comme le bleu soldat naïf qui doit tuer ou se faire tuer. Le cœur et l’esprit, le chaud et le glacé, l’agacé et l’insipide, le placide et l’acide, l’ami et l’autre, le cloitré et défenestré.


« Le cœur a ses raisons que la raison ignore » mais la tête a sa logique que le cœur n’aime pas.

C’est l’éternel duel cœur raison. Mais peut-on concevoir un équilibre cœur-raison ? passion-logique ? Cœur dans la main et tête bien plantée… entre les épaules ? 


Mais cette union naturelle cœur esprit est supervisée par une dimension qui dépasse l’entendement humain : c’est le divin qui équilibre cette perfection qui est l’être humain.
Comment nos bulbes ambulants s’interconnectent côté cœur ? Le cœur sent et ressent. Il est intuitif et large de… cœur.
Un bulbe parmi la grappe possède une protubérance cardiaque plus importante que celle des autres bulbes noyés dans l’anonymat de la grappe. Un bulbe pas comme les autres, ayant une pulsion cardiaque différente de ses confrères de cogitations. Il n’ose pas montrer sa différence par peur du rejet. Le rejet de ses radiations cardiaques sur le groupe de bulbes logiques et froids. Une contamination sentimentale est toujours à craindre. Les cerveaux craignent pour leur structure mathématique juste. Un cœur gros peut influer sur leur logique glaciale. Un cœur est chaud, il y a donc risque de propagation calorifique sur la logique arctique et fonte irréversible de la raison enfin résignée.
Notre bulbe différent, appelons le « Garnouna » avait de plus en plus d’états d’âme. 


Notre « Garnouna » ne savait plus où donner de… la raison à son cœur débordant de dons, d’amour. Il avait de plus en plus de mal à cacher son déséquilibre logique au détriment de la tendresse, sa cassure entre ses frères purement « circonvolutionistes » et son âme transparente et généreuse. Les froids calculs des circonvolutions bulbiques lui donne froid au… dos du cœur. 
Un jour, un froid bulbe s’aperçu de « l’anormalité » de Garnouna comparée à l’égalité de pensée des autres cervelets de frères. Et c’est à ce moment que tout a commencé…


Oui, tout a commencé à aller mal pour la sécurité de Garnouna, notre cœur d’artichaut bien chaleureux dans son cœur débordant. 
Le premier bulbe circonvolutioniste à soupçonner Garnouna de cœur épanché était un certain Elfhama. 
– Ou es-tu Garnouna? J’ai l’impression que tu divagues et que tu fais des vagues avec des rêves à la con. Reviens vers nous cher Garnouna ou alors ?
– N’ai-je pas le droit de rêvasser ? 
– Il faut rêver logiquement
– Les rêves n’ont rien de logique !
– Justement, tu t’éloignes de notre chère logique, repris Elfhama
– Je suis toujours logique, mais je réfléchis avec mon cœur
– Tiens tiens, c’est possible ?
– Sûr, mon cœur est comme un bâton d’aveugle, il me guide quand la logique est impuissante ou méchante.
– Ton cas est désespéré Garnouna, je dois avertir le Haut Conseil Synaptique
vraiment?
notre Garnouna était désemparé. La situation commençait à sentir le roussi.
Elfhama semblait décidé et voulait sans plus tarder signaler cette difformité cérébrale
dont « souffrait » Garnouna: un cœur, une canne pour aveugle, du charabia tout ça, preuve que Garnouna avait besoin d’un réajustement de ses circonvolutions. Et Elfhama ne voyait que le H C S (Haut Conseil Synaptique), seule assistance pour Garnouna afin de le remettre sur les rails de la logique mathématique du commun des bulbes bien raisonnants. 
 » je me suis trop découvert » pensa Garnouna. Je n’aurai pas dû me confier à Elfhama. mais à qui aurai-je du ouvrir les vannes de mon cœur décodeur naif et ouvert comme une page vierge.
 » comment trouver un confident qui comprenne ce dilemme. Concilier l’esprit et le cœur, marier l’âme chaleureuse et la logique glaciale de la tête. 
– tu dois me suivre, Garnouna, je vais te conduire à notre Conseil pour t’aider à raisonner plus clair en ta tête stressée.
-ma tête est bien pensante, répondit Garnouna, c’est le myocarde qui déborde de son cadre, c’est cette pompe à sentiments qui envoie du jus bienheureux à la tête qui tient les commandes.
– tu ne fais que me convaincre un peu plus de ton état mental pathétique. 

Un bâtiment tout sombre, une bâtisse grise et triste, un bâtiment qui ment, un immeuble qui meuble les heures de torture en voiture ou en direct, électrique ou à mains nues.
Garnouna semble entouré d’une Chappe de plomb représentée par son « diable-gardien ». L’effet était à son comble à la vue de ce sinistre bâtiment qui ment, qui respire la froideur sibérienne. 
-« Moi, Garnouna, tout tendre et naïf, je suis mené vers mes raisonnements à la Fhama. Que vont-ils encore me seriner? que le coeur n’est qu’une pompe à sang? qu’il sert uniquement à distribuer de l’oxygène sans gène à un circuit fermé qu’est notre corps? Pourquoi fermer ses limites? Pourquoi limiter sa voix et… sa voie?


-Levez-vous pour saluer les membres du Haut Conseil Synaptique, ordonna le préposé aux comptes.
Une grande salle supportant plus 5000 sujets bien disciplinés et studieux, habillés de façon uniforme et triste à mourir. Un copié-collé du cerveau calculateur et froid à la puissance 5000. Toute cette masse se leva de façon informatique et sans tic aucun.
– » Gloire à notre HCS » hurlèrent 5000 gorges sans aucune fausse note.
– Garnouna, vous êtes accusé de lèse-cerveau piégé et de perce-coeur assiégé.

Un Silence pesant planait sur l’assemblée, les bulbes, brillants et discipliné grognèrent de satisfaction.

Notre garnouna n’avait aucun défenseur attitré. Il devait se débrouiller tout seul pour assurer sa défense.

Trouver son Pourquoi


Guide pratique pour découvrir son moteur et celui de son équipe.


« l’épanouissement est un droit et non un privilège. » Simon Sinek.


Quatrième de couverture :


Cet ouvrage s’adresse à tous ceux qui veulent se lever le matin en ayant envie d’aller travailler, qui souhaitent être comblés par leur métier, l’exercer en toute sérénité puis rentrer chez eux, le soir venu, avec le sentiment d’avoir contribué à quelque chose d’important.


Comment trouver son moteur professionnel et personnel ?

Comment trouver son Pourquoi et en faire bénéficier son équipe et toute son entreprise ?

Dans cet ouvrage très pratique, Simon Sinek s’est associé à ses collègues David Mead et Peter Docker pour créer une méthode clé-en-main permettant de trouver son Pourquoi. Avec des étapes minutées et très détaillées, exemples à l’appui, les auteurs répondent aux questions suivantes :
• Puis-je avoir plusieurs Pourquoi ?
• Que dois-je faire si mon travail n’est pas en adéquation avec mon Pourquoi ?
• Que faire si mon Pourquoi ressemble à celui de mon concurrent ?
• Que faire si mon équipe n’est pas d’accord avec notre Pourquoi ?


Que vous travaillez pour une grande organisation ou que vous dirigiez votre entreprise, que vous fassiez partie d’une équipe ou que vous en soyez le manager, la méthode déployée dans cet ouvrage vous permettra de mieux comprendre vos motivations profondes et d’en faire bénéficier votre travail, votre équipe et tous ceux qui vous entourent.


Ceci est le quatrième de couverture, qui résume bien le contenu du livre de Simon Sinek.

Trouver son Pourquoi est essentiel pour être uyybien dans sa peau au boulot.

Ce résumé ne restera qu’un résumé. Bien qu’il condense l’âme du livre, il ne peut pas remplacer sa lecture approfondie et son application effective sur le terrain. Quand je dis le terrain, je parle de l’expérience vécue de l’auteur.

D’ailleurs il y a une Vidéo de Simon Sinek où il explique, avec schémas à l’appui, sa théorie du cercle d’or et l’importance de la connaissance de notre Pourquoi afin d’être heureux dans son travail.

Il est l’heure de prendre le taureau par les cornes. L’histoire nous interpelle et nous secoue.

Trouver son Pourquoi est avant tout un devoir avant d’être un droit. Notre Pourquoi est vital pour notre épanouissement, notre raison d’être.

Il doit y avoir une raison à notre présence ici bas. Et heureux celui qui sait.

Le Pourquoi de chacun est essentiel à chacun de nous.

Connaître son Pourquoi, c’est réussir sa vie. Facile à dire, encore faut-il trouver le partenaire idéal qui accepte de jouer le jeu.

Démocratie, quand tu nous lâches.

On dit que la démocratie est le système de gouvernance le moins mauvais. Par cette expression « moins mauvais », les législateurs ou les faiseurs de systèmes, sont conscients qu’il n’existe pas de système parfait, sans failles, ni grains de sable.
En plus, le système démocratique, conscient que le pouvoir « élu » ou le président « élu » fera tout pour rester au pouvoir. On dit que le pouvoir est grisant. On voit à travers les démocraties les plus connues que les législateurs ont pensé à ça. En Angleterre, par exemple, le pouvoir se gagne entre conservateurs et travaillistes. Aux USA, le pouvoir se joue entre démocrates et républicains. En France, c’est la gauche contre la droite.
La faille, dans tous ces systèmes de gouvernance ? L’élément humain qui fait les lois. L’élément humain est le maillon faible de cet équilibre.
Il y a des pays tels que la Norvège, la Suède ont un système plus transparent. Le simple citoyen a un droit de regard sur les dépenses publiques.
L’homme est corruptible. Chaque président élu veut rester au pouvoir à vie. Dieu en haut et lui ici bas. C’est, d’ailleurs, pour cette raison que les législateurs ont limité la présidence à deux mandats, maximum.
Déjà, en admettant qu’un Président soit élu deux fois de suite. En deux mandats de deux fois quatre ans, il aura tout le loisir de créer son réseau, huiler ses rouages, graisser des pattes ici et là.
Alors si on parle de quinquennat ou de septennat, je vous laisse imaginer l’ancrage que les hommes au pouvoir auront mis en place.
Le seul modèle de gouvernance viable, à mon avis, est celui qui accepte l’indépendance de la justice, la liberté de la presse et le pouvoir de l’exécutif.
C’est la vérité de Lapalisse, me diriez vous. Tous les textes de loi sont beaux, bien écrits et tout.

Le hic c’est l’application.

Le pouvoir au peuple

2020: L’odyssée de tous les possibles !

Déjà qu’en fin 2019, il y eu un avant-gout de l’année d’après, dans le style « The Day After ». Rien ne sera plus comme avant. L’avant et l’arrière sont comme les souliers de Joe Dassin, à semelles avant et arrière. Le devant du devis et la décision de la devise et son cours. Il court et vogue au gré des courtiers. Ils ne font pas de raccourci. Leurs pourcentages? Pas touche !

Les banques et leurs rouages. Pas question d’y fouiner. Tu ne comprendra que dalle. C’est fait pour noyer toute forme de révolte du petit épargnant, pas du tout épargné par la haute finance.

La monnaie a connu un long et sinueux chemin depuis le premier troc. Ensuite, un autre « génie » nous a convaincu des avantages de la monnaie sonnante et trébuchante. Je pense que c’est le même « génie » qui a réussi à nous convaincre qu’un misérable papier est une forme de monnaie

Maintenant, la tendance est à la monnaie virtuelle. Plus d’argent liquide en circulation. Tout se paie par virement bancaire. Il paraît qu’ainsi, il y a une traçabilité, une preuve.

Et comment gérer alors les sommes colossales de la maffia et des trafiquants de drogue ? Je réponds déjà à la question. L’argent non conforme sera automatiquement zappé.

Ah j’oubliais le blanchiment d’argent. Ils ont pensé à tout. Et le comble, ce blanchiment est injecté dans des fondations caritatives, humaines. Un chantage où les associations bénéficiaires sont devant un dilemme cornélien

Histoire de la monnaie.

Les assurances ? C’est le même monde des chiffres, courbes, graphiques trop savants pour ta petite tête de rêveur naïf. La clause la plus importante est illisible ou écrite en caractères minuscules. Les assureurs font tout pour te… Rassurer. Pour t’assurer, ces experts du « vol officiel » te font miroiter monts et merveilles. A tel point que tu te dis « pourquoi j’étais ignorant à ce point ! »

Que dire? Que médire ? Mes dires s’effacent devant les professionnels de la parlote polyglotte. Motus et boule de gomme. Écoute! Ou fait semblant! Tu peux aussi hocher la tête pour « montrer »combien tu suis assidûment les explications de la grosse tête.

La finance ? C’est trop savant pour moi. Comment définir simplement la finance ?

Il y a la finance saine. Qui dit que tout produit créé a son équivalent en argent. En plus, tenir compte de la loi de l’offre et de la demande. Quoique cette loi soit aussi élastique: Si on veut créer une tension sur un produit, il suffit de le raréfier pour augmenter la demande. Et ainsi, on peut augmenter « légalement » le prix.

Il y a la finance malsaine. Qui utilise des fonds pour un gain rapide, sans tenir compte de la loi gagnant-gagnant, ni le fait qu’il faut que le produit vendu doit avoir une utilité publique avérée. Un seul petit groupe de personnes bénéficie, et en plus, ce petit groupe écoule une « marchandise » interdite (drogues, armes de guerres…)

Le monde est ainsi fait.

Pourtant, je n’aime que toi, monde à moi. Idéal, beau, gentil, fraternel.

Les apprentis sorciers veulent nous téléguider avec une nanopuce pour nous gérer comme un gros troupeau.

Mais comment vont-ils introduire cette satanée puce? On a trouvé! Le vaccin anti-coronavirus qui se prépare dans des labos ultra-surveillés.

Avril s’en va et le COVID-19 reste.

Avril s’en va et le « machin »reste.
Enfin tu as compris toi. Les pourparlers entre les autorités sanitaires et le minus sont entamés.

Apparemment, c’est le combat entre David et Goliath. Un Goliath prétentieux et imbu de sa personne. Il ne faut pas sous-estimer un plus petit que soi ! Car ce petit a de l’ambition. Rayer de la carte une bonne proportion de l’espèce humaine. Des fois on parle de 70% de la population, des fois un peu moins. En tout cas, on est dans son viseur.

Il mute ce con! Comment l’avoir ? Comment le voir ? Il est invisible, mais nuisible il l’est.

Ce virus ce n’est pas du tout un minus. Il menace et exécute sans état d’âme sans état d’âme ni pitié.

Comment réagir ? Comment agir ? Nos réactions sont inadaptées.

il compte nous décimer tous !

Pourquoi cette haine de l’humain ? Qu’en est-il des autres espèces animales.? Apparemment elles se débrouillent très bien sans nous. Quand l’humain entre en jeu, c’est la cata. L’humain est un animal nuisible. C’est une évidence comme la danse peut-être qu’il y aura de l’Espérance grâce aux écologistes et aux amoureux de la terre naturelle, notre terre nourricière. Notre belle terre verte et luxuriante. Souriante et accueillante. J’espère que les écologistes auront le dernier mot.

Combien d’espèces animales ont disparues ? Où plutôt, combien l’homme conquérant, (mais surtout con) a-t-il gagné des territoires, des batailles?

C’est pour la bonne cause, qu’on nous mentent.

Une si belle planète !

Un grand bilan s’impose sans délai. Il y a urgence en la demeure. S’il te touche, tu meurs. Malgré ton jeune âge. Je te dis qu’il mute comme quand tu changes de chemise. Il a la mise et l’esprit d’entreprise. Il nous voit sans se faire voir. Va savoir comment s’y prendre avec cet invisible et indésirable hôte qui donne la chochotte

Le ver arénicole et le Covid-19

Bonjour tout monde. je propose quelques extraits de la vidéo d’Idriss Aberkane concernant le traitement des complications respiratoires dûes au COVID-19.

Quelles sont les possibilités que les médecins peuvent tirer de l’exploitation d’un ver marin pour la guérison des patients atteints du Covid-19 ?

Le ver en question est le ver Arénicole qui a des qualités d’adaptation respiratoire en milieu marin comme en milieu hors marin.

 

 Alors!  Est-ce-que le sang d’un petit ver marin, le ver arénicole peut combattre les  symptômes les plus graves de la maladie à coronavirus: covid-19?

il nous faut  revisiter la façon dont le covid-19 tue.
Le covid -19  crée   une sorte de maladie d’altitude. C’est-à-dire des difficultés respiratoires. On sait que  le Covid-19 crée comme symptôme une détresse  respiratoire. C’est ce qu’a fait un médecin américain qui a comparé les symptômes à une maladie d’Altitude, c’était quelque chose de de nouveau.

Or,  une  étude très préliminaire chinoise, qui était en fait, une simulation sur ordinateur, c’est-à-dire qu’elle n’a pas du tout été faite sur modèle biologique mais intéressante quand  même, fait l’hypothèse que  le Covid-19 s’attaquait au métabolisme particulier de la protéine qui fixe l’oxygène dans notre sang.

Pour la petite histoire, notre sang rouge, exactement comme la rouille et la rouille a une odeur très comparable au sang. Et le sang a  l’odeur de la rouille, précisément parce que c’est l’odeur du fer oxydé trouvé dans la rouille. Bien sûr, d’autres organismes ont une hémocyanine qui donne à leur sang une couleur bleue.

Par exemple, chez  les  limules, un organisme marin très intéressant aussi dans le sang d’ailleurs, est utilisé notamment à Boston, dans différentes sociétés de technologie pour détecter notamment les bactéries. Donc c’est un sang qui va réagir à la moindre bactérie, peut-être même une seule bactérie. Il peut être très utile pour essayer donc de créer des atmosphères les plus stériles possible. En tout cas de détecter une contamination le plus rapidement possible.

 Alors dans cette étude chinoise qui fait l’hypothèse donc le covid-19 s’attaque au métabolisme de l’hémoglobine. D’une  certaine façon, une maladie du sang. Eh bien, alors certes, elle a été déjà. Attaquée par certains blogueurs qui sont médecins. Mais j’ai lu le blog en question, je crois que ça a été posté sur médium donc c’est purement de l’opinion. La critique de ce travail chinois n’est pas du tout étayée, c’est une critique d’opinion qui dit bon ,voilà ce travail n’est qu’une spéculation à partir d’un modèle informatique, c’est vrai, ce n’est que ça, mais c’est intéressant quand même, et en particulier si on prend le retour des praticiens. Notamment celui de New York. Ici:,«  j’ai l’impression de faire face à une maladie d’altitude quand je soigne les patients en détresse respiratoire grave du fait du covid19″

 Alors ce que  l’on sait  de la détresse respiratoire du Covid-19 qui ressemble en quelque sorte un petit peu à celle d’une mucoviscidose, par exemple, ou d’une sarcoïdose. C’est que donc l’orage de cytokines cet orage inflammatoire va faire que les alvéoles pulmonaires vont se remplir d’un sorte de mucus jaunâtre qui va empêcher les poumons de transférer de l’oxygène.

Mais si la maladie vraiment, porte sur le sang,  eh bien d’autres applications, d’autres façon de guérir cette maladie pourrait être envisagées. Et c’est là qu’intervient l’hémoglobine d’arénicole, découverte par Franck Zal .

Alors Franck Zal  c’est un ancien  chercheur au CNRS, il a découvert que l’hémoglobine de ce petit ver: l’arénicole, qui est en apnée à peu  près 6 heures quand la marée se retire et transfusable et qu’elle est 40 fois plus oxygénante que l’hémoglobine humaine au moins.
Franck Zal: « Ce qui m’a intéressé, c’est de comprendre comment un ver marin  qui s’appelle arénicole, Arenicola Marina , était capable de respirer entre les cycles de marée, marée haute, marée basse. Pourquoi ? Pour moi, c’était bizarre de pouvoir respirer dans l’eau et dans l’air et finalement je me suis posé cette question, j’ai trouvé cette molécule qui est une hémoglobine extracellulaire chez ce ver marin. Mais en fait, j’ai compris pourquoi le ver était capable de respirer ou pas dans ces deux milieux. En fait, j’ai vu que l’arénicole était capable de respirer quand il était sous l’eau. À marée basse, il a arrêté de respirer et il vivait sur son stock d’oxygène qu’il avait fixé sur cette molécule »

Du coup, elle est aussi d’ailleurs lyophilisable. On peut donc lui rajouter du sérum physiologique et créer du sang à la demande. Ce qui est déjà en soi une découverte majeure et je pèse mes mots quand je dis que Franck Zal devrait avoir le prix Nobel un jour, Franck Zal et Laurent Lantieri, qui a utilisé son produit pour faire des greffes de visage. C’est ça d’ailleurs le sujet.

Cette molécule d’avénicole étant aussi oxygénante, permet donc de réaliser des greffes, permettre de faire survivre un greffon beaucoup plus longtemps, et donc de greffer ,notamment des greffons extrêmement techniques. Le visage étant peut-être le greffon le plus technique de tous, puisque toutes choses égales par ailleurs, plus un greffon et micro irrigué, car il a des petits capillaires, plus il va être difficile de le transplanter. Un cœur c’est très facile à transporter parce qu’il y a très peu de veines artères à raccorder. Bien sûr, un visage, c’est probablement ce qu’il y a de plus dur à transplanter de tous les organes possible parce que il y a énormément de petites  veines devenues  artérioles à raccorder. Ce qui fait d’ailleurs que la transplantation va durer aussi longtemps. Alors ça démontre que leur ver arénicole est intéressant dans plein d’autres applications. Au fond, comme elle est avant tout un très bon système d’oxygénation, elle est intéressante pour le pied diabétique. Pour le diabète de type 2 qui sont la première cause d’amputation dans les pays riches, elle pourrait être intéressante dans la maladie d’Alzheimer. Si cette théorie qui a été en vogue à une époque. Pas du tout fantaisiste selon laquelle la maladie d Alzheimer serait un diabète de type 3, ce qu’ont observé une résistance à l’insuline des neurones dans la maladie d’Alzheimer  . Donc, si la maladie d’Alzheimer et un diabète de type 3 et bien cette hémoglobine arénicole pourrait aussi être intéressant pour des essais cliniques sur la maladie d’Alzheimer. Mais des applications très intelligentes qui ont été faites en concertation avec Laurent, Lantieri et Franck zal, et donc cette hémoglobine arénicole peut être vu comme un respirateur moléculaire.

Respirateur Moléculaire, c’est ça le coup de génie!. C’est-à-dire que, au fond, en transfusant  des patients avec cette hémoglobine qui, en plus n’a pas de groupe sanguin puisque l’hémoglobine  d’arénicole est directement circulante. Elle n’est pas portée par les globules rouges, donc on peut directement la mettre dans la circulation sanguine et il ne peut pas y avoir de rejet de type mauvaise transfusion avec, c’est comme du O négatif.

 

14 Conseils d’écriture de Stephen King

1/ Si vous voulez  devenir un écrivain, Vous devez  faire deux choses:
  • Lire beaucoup
  • Écrire beaucoup

2/ Les histoires consistent en trois parties:

  • La narration qui fait avancer l’histoire d’un point A au point B.
  • La description qui crée une réalité sensorielle pour le lecteur.
  • Le dialogue qui donne du caractère à la vie à travers les d\’adverbeséchanges de mots.

3/ La situation vient en premier. Les personnages – toujours plats et non caractérisés, pour commencer – Ensuite ils prennent vie.

4/ Que ce soit une vignette d’une seule page ou une épopée, une trilogie comme « Le seigneur des anneaux », le travail se fait toujours un mot à la fois.

5/ La situation la plus intéressante peut généralement être exprimée sous forme de: ET SI?

6/Les meilleures histoires finissent toujours par être sur les gens plutôt que sur l’événement.

7/ Avec un verbe passif, quelque chose est fait au sujet de la phrase. Le sujet laisse simplement cela se produire. vous devez éviter la phrase passive.

8/ Parler, que ce soit laid ou beau, est un indice de caractère.

9/ La description commence dans l’imagination de l’écrivain, mais doit se terminer dans l’imagination du lecteur.

10/ La route de l’enfer est pavée d’adverbes.

11/ N’utilisez jamais «émolument» lorsque vous voulez dire «pourboire».

12/ Fixer un objectif d’écriture quotidien. Comme un exercice physique, il serait préférable de fixer cet objectif bas au début. Je suggère mille mots par jour.

13/ Faites comme si vous écriviez à votre lecteur idéal. Il ou elle peut être dans la chambre où vous écrivez tout le temps.

14/ Si vous pouvez le faire pour la joie, vous pouvez le faire pour toujours.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :